Espace PatientsLes traitements des varices

La chirurgie conventionnelle ou stripping des veines

Qu’est-ce que le Stripping des veines saphènes ?

La crossectomie-éveinage, communément appelée stripping (to strip se traduit par arracher en anglais), était jusqu’à récemment la technique chirurgicale de référence pour le traitement radical des veines saphènes incontinentes.
Il s’agit d’une technique ancienne, qui a été développée il y a plus d’un siècle. Elle est maintenant très concurrencée par les techniques endoveineuses (ablation thermique et mousse).

Conditions de réalisation
Stripping des veines saphenes

Le plus souvent, elle est réalisée sous anesthésie générale, ou rachianesthésie (dans ce cas, seuls les membres inférieurs sont « endormis »), rarement sous anesthésie locale.

Le stripping peut traiter les veines grandes saphènes ou les veines petites saphènes.

Pour la veine grande saphène, le chirurgien va pratiquer une incision sous le genou (éveinage court majoritairement réalisé de nos jours contrairement à l’éveinage long  qui nécessitait une incision à la cheville), et une autre au niveau de l’aine.
Il introduit dans la veine saphène un guide semi-rigide appelé « stripper » par l’incision sous le genou. Ce stripper va être  remonté jusqu’à l’aine, où la veine saphène est ligaturée (suturée) à sa terminaison alors que l’autre partie de la veine est  « accrochée » au stripper. Ensuite, par l’incision du bas, le chirurgien tire le stripper, celui-ci emportant avec lui la veine saphène qui y est accrochée. La veine saphène se retourne ainsi sur elle-même et sort avec le stripper.
Des sutures vont fermer les incisions sous le genou et à l’aine.

Pour la veine petite saphène, les incisions se font à la face postérieure de la jambe au niveau de la cheville et en arrière du genou. Le déroulement de l’opération est ensuite identique à celle de la veine grande saphène.

Durée d’hospitalisation et d’inactivité

Dans la plupart des cas, l’hospitalisation ne dure qu’une journée.
L’arrêt de travail ou d’activité est de durée variable: parfois 1 à 2 semaines si la chirurgie est peu agressive, mais selon les statistiques nationales, la durée moyenne d’arrêt de travail après stripping est de 26 jours.

Quelles sont les suites opératoires après un stripping

Les suites opératoires sont marquées par des ecchymoses (des « bleus ») au niveau des cuisses et des jambes, parfois des hématomes, et des douleurs à type de tiraillement pouvant gêner la marche pendant quelques jours.
Une atteinte neurologique avec insensibilité de la peau à la face interne de la jambe est possible après éveinage de veine grande saphène, surtout si celui est un éveinage long (incision au niveau de la cheville et non sous le genou). Les lésions neurologiques, avec atteinte du nerf sural, peuvent également survenir après stripping de la veine petite saphène. Un échomarquage préopératoire (la peau est marquée avec un crayon indélébile avant l’opération pour indiquer au chirurgien la place de la veine et du nerf) doit être systématiquement effectué pour augmenter la précision du geste chirurgical; ainsi, les risques sont diminués et l’efficacité améliorée.
Une infection peut survenir au niveau de l’aine en regard de la cicatrice.
De même, on sera attentif aux symptômes pouvant faire évoquer une « phlébite » (thrombose veineuse) superficielle, voire profonde. Cette complication est heureusement peu fréquente. Des anticoagulants sont souvent prescrits, et une compression par bande puis bas élastiques est mise en place. Mais, c’est la reprise rapide de la marche qui semble être le meilleur traitement préventif.
Exceptionnellement, un lymphocèle (poche de liquide lymphatique) peut se former au niveau de l’aine. Le plus souvent, il se résorbera seul.

Le stripping ne traite que la veine saphène (grande ou petite). Les varices visibles, inesthétiques sur les cuisses ou les jambes devront bénéficier d’un traitement complémentaire soit par phlébectomies réalisées dans le même temps que le stripping soit par sclérothérapie réalisée au cabinet médical au moins un mois après l’intervention.

Quel suivi doit-on avoir après la chirurgie des varices

La réalisation d’un stripping nécessite un suivi de l’état veineux régulier en raison de la possibilité de récidives variqueuses.
Elles surviennent chez environs 20% des patient(e)s sur les trajets des veines opérées : au niveau de l’aine et à la face interne du membre inférieur pour la veine grande saphène, en arrière du genou et la face postérieure de la jambe pour la veine petite saphène.
Ces récidives nécessitent des traitements complémentaires soit par sclérothérapie soit par phlébectomie.

Références :

Ameli-santé 2018 : Traitement des varices des jambes.

Uncategorised

Crédits photographiques

Bienvenue à la Société Française de Phlébologie : © Desnos
La vie de la SFP : © scusi – Fotolia.com
J’ai un ulcère : © Don Andreas- Fotolia.com, © apops- Fotolia.com, © decade3d – Fotolia, © Alexilus – Fotolia
J’ai une phlébite : © tbel- Fotolia.com
J’ai des varicosités : © pawelsierakowski- Fotolia.com, © Desnos, © mkrberlin – Fotolia
J’ai des varices : © vgstudio- Fotolia.com, © CLIPAREA.com- Fotolia.com, © designua- Fotolia.com
J’ai les jambes lourdes : © leszekglasner- Fotolia.com, © Africa Studio – Fotolia, © RG- Fotolia.com
J’ai des varices pelviennes : © determined – Fotolia
Je cherche un Phlébologue : © Rob- Fotolia.com
Le Dico du Phlébologue : © galina.legoschina- Fotolia.com, © Alexilus- Fotolia.com, © JPC-PROD- Fotolia.com, © Cyril Comtat- Fotolia.com, © VladGavriloff- Fotolia.com
Moi aussi j’ai des varices : © ruigsantos- Fotolia.com, © Franck Chleir
Qu’est-ce que l’écho-Doppler veineux ? : © Desnos, © Cyril Comtat – Fotolia, © Desnos
Varices et hygiène de vie : © RG.- Fotolia.com, © jkphoto69- Fotolia.com
Le Stripping : © Frank Boston- Fotolia.com
La Phlébectomie : © Laboratoires Pitot, © dark_ink – Fotolia.com
Les médicaments des veines : veinotoniques : © Lori Martin Dreamstime Stock Photos
La sclérothérapie : © Desnos
Laser et ablation thermique des varices, comment ça marche ? : © Desnos, Illustrations : © Biolitec, Vidéos : © Desnos, © Covidien
Les bas de compression : © belahoche- Fotolia.com, © JPC-PROD- Fotolia.com
Le mot du Président de la SFP : © Desnos
What’s News : © vege – Fotolia
Prochain congrès de la SFP : © kasto – Fotolia
Titularisation : © _vallav_- Fotolia.com
Statuts de la SFP : © michele.pautasso – Fotolia.com
Historique de la SFP : © PhotoSG – Fotolia.com,  © Desnos
Vie de la SFP : © scusi – Fotolia.com
Newsletter : © Julien Eichinger – Fotolia.com
Séquence Flash : © chuugo – Fotolia.com
Formation médicale continue : © iQoncept – Fotolia.com
Recommandations générales : © JPC-PROD – Fotolia.com
Fiche informations compression : © hriana – Fotolia.com
Fiche informations varices : © hriana – Fotolia.com
Fiches informations Patients : © Coloures-pic – Fotolia.com
Annonces matériel médical : © T. Michel – Fotolia.com, © JPC-PROD – Fotolia.com, © Desnos, © i2m-Labs.com
Remplaçant : © B@rmaley – Fotolia.com
Recherche de remplaçant : © dmitrimaruta – Fotolia.com
Vente de clientèle : © michele.pautasso – Fotolia.com
Recherche de clientèle : © PhotoSG – Fotolia.com
Vente de matériel : © Desnos
Recherche matériel médical : © Masson – Fotolia.com
Images Gratuites :
Unsplash
Pxhere
Pexels

Espace PatientsLa Maladie Veineuse

Qu’est-ce que l’écho-Doppler veineux ?

Echo-Doppler-Veineux-Couleur

L’échographie est un examen non invasif, indolore qui permet, grâce aux ultrasons, de visualiser des images d’organes, de tissus et de vaisseaux dans toutes les parties du corps.

L’écho-Doppler, en plus de l’échographie, possède un module appelé Doppler permettant d’évaluer la vitesse des flux sanguins et le sens de circulation du sang dans les vaisseaux. Avec le module « Doppler couleur », les flux apparaissent colorés, en rouge ou en bleu selon leur sens de circulation.
L’écho-Doppler est un appareil adapté et dédié aussi bien à l’étude des artères qu’à celle des veines.
S’agissant d’ultrasons, il n’y a ni rayons X, ni irradiation.
Il est nécessaire d’appliquer sur la peau un gel d’échographie à base d’eau, afin d’assurer une bonne transmission des ultrasons depuis la sonde d’échographie vers les tissus ou vaisseaux à explorer.

À quoi sert l’écho-Doppler veineux ?

Echographe-echographie-veineuse


L’écho-Doppler est l’examen de base permettant l’exploration du réseau veineux. Il est indispensable avant tout traitement de varices, mais il est aussi parfois pratiqué en urgence en cas de suspicion de thrombose veineuse ou « phlébite » (obstruction de veines par un caillot).
L’écho-Doppler veineux permet en temps réel de visualiser les veines ainsi que les flux sanguins qui les parcourent. Il se pratique essentiellement aux membres inférieurs, sur les trajets veineux des mollets, des cuisses et de l’aine, en remontant parfois même jusqu’à l’abdomen (pour explorer les veines iliaques et la veine cave inférieure).
Plus rarement, ce sont les veines du membre supérieur qui sont explorées, par exemple en cas de suspicion de thrombose veineuse du bras.

Combien de temps dure l’examen écho-Doppler ?

15 minutes à 30 minutes en moyenne.

Dans quel délai les résultats vous seront-ils communiqués ?

Une fois l’examen terminé, le médecin vous en exposera le plus souvent les principaux résultats. Ces résultats seront toujours confrontés à l’examen médical clinique (données de l’interrogatoire, des antécédents pathologiques personnels et parentaux, de la palpation, de l’inspection et de l’auscultation).

L’écho-Doppler veineux : recherche de thrombose veineuse (« phlébite »).

En pratique, comment s’effectue l’écho-Doppler veineux pour la recherche d’une thrombose veineuse ?

Le patient est allongé, puis éventuellement assis jambes pendantes. Les veines de chaque jambe sont explorées une à une avec la sonde d’écho-Doppler. Le médecin effectue des compressions avec la sonde le long du trajet des veines pour vérifier leur perméabilité.

Faut-il prendre des précautions particulières avant ou après l’examen ?

Ne pas appliquer de crème ou pommade sur les jambes le jour de l’examen.

Quelles sont les informations apportées par l’écho-Doppler veineux lors de la recherche de thrombose veineuse ?

Echo-Doppler-Thrombose-Veineuse

Cet examen écho-Doppler permet de détecter les thromboses veineuses profondes ou superficielles (« phlébites»), c’est-à-dire les obstructions de veines par un caillot. Les caillots veineux, s’ils migrent, peuvent aller obstruer les artères pulmonaires : c’est l’embolie pulmonaire, dont la manifestation la plus courante est une douleur thoracique ou un essoufflement brutal. L’examen écho-Doppler précise la localisation et l’étendue des thromboses veineuses.

L’écho-Doppler veineux : bilan de varices.

En pratique, comment s’effectue l’écho-Doppler veineux pour un bilan de varices ?

Echo-Doppler-Veineux-Saphene


Le patient est installé debout, en hauteur sur un tabouret de phlébologie, face au médecin puis dos au médecin. Cet examen permet d’explorer le réseau veineux superficiel et de faire le bilan des varices.
Les varices sont des veines dilatées dont les valvules (petits clapets) ne fonctionnent plus, et, en position debout, le sang reflue vers le bas de la jambe au lieu de remonter vers le cœur.
Pour tester le fonctionnement des veines, le médecin réalise donc des manœuvres de « chasse » sanguine en faisant des compressions manuelles sur les muscles ou le long des veines superficielles, ceci afin d’étudier les sens de flux. Il peut aussi parfois demander au patient de tousser ou de pousser (manœuvre de Valsalva).

Faut-il prendre des précautions particulières avant ou après l’examen ?

Ne pas appliquer de crème ou pommade sur les jambes le jour de l’examen. L’examen se pratiquant debout, il faut avertir le médecin si vous êtes sujet aux vertiges ou aux malaises.

Quelles sont les informations apportées par l’écho-Doppler veineux pour un bilan de varices ?

Cet examen écho-Doppler permet de détecter les varices, d’étudier leur diamètre, leur trajet, leur alimentation et leur drainage. Le phlébologue/médecin vasculaire pratiquera souvent une « cartographie », schéma sur support papier ou informatique représentant votre réseau veineux superficiel.
En fonction des résultats de l’écho-Doppler, le phlébologue/médecin vasculaire vous apportera des conseils de prévention, d’hygiène de vie et de suivi, et, le cas échéant, vous proposera le(s) traitement(s) le(s) mieux adapté(s) à votre état : veinotoniques/phlébotropes, bas de compression, sclérothérapie (injection de produit sclérosant dans la varice), traitement thermique endoveineux (laser ou radiofréquence) ou encore chirurgie.

L’écho-Doppler est également impérativement utilisé lors des traitements endoveineux thermiques eux-mêmes, et lors de la sclérothérapie échoguidée. Il permet ainsi d’assurer une précision et une sécurité maximales de ces gestes.

Références :

Améli : Comment se déroule un écho-doppler veineux des membres inférieurs ?

Non classé

78èmes Journées de la SFP

Pullman Paris Centre Bercy

5-6-7 Décembre 2019

La prochaine édition du congrès annuel de la SFP se déroulera du 5 au 7 décembre 2019 au Pullman Paris Centre Bercy, sous la présidence de Jean-Jérôme Guex et avec la présence de nombeux invités d’honneur, dont le Pr André van Rij de Nouvelle Zélande.

Nous rendrons hommage au Pr FA Allaert, ancien vice-Président de la SFP et Rédacteur en Chef de notre revue Phlébologie, qui nous a quittés brutalement en juin dernier.

Nous accueillons cette année le Venous Forum of The Royal Society of Medicine ainsi qu’une session Franco-Russo-Polonaise, qui montrent toujours notre attachement à l’International. Des sessions denses et variées vous promettent des discussions passionnantes et des interventions riches : actualité sur la thrombose veineuse, plaies cicatrisation, glue en phlébologie, phlébologie et esthétique, l’homme en phlébologie, progrès et futur en phlébologie, syndrome de congestion pelvienne, les bonnes pratiques, les bonnes indications en phlébologie, sclérose et thrombose, perforantes, hémorroïdes, gestion optimisée de l’ablation thermique et de ses complications, rupture hémorragique de varice…

Lire la suite… « 78èmes Journées de la SFP »