Congrès SFP décembre 2014

Dans quelles situations anatomiques et physiopathologiques l’ablation des saphènes dans les syndromes post thrombotiques peut-elle être bénéfique ou délétère

M. PERRIN

chirurgie vasculaire – Lyon

Introduction
Le syndrome post thrombotique (SPT) est lié à la présence de lésions anatomiques des veines profondes
à l’étage sus ou /et sus inguinal qui sont responsables de deux désordres physiopathologiques : le reflux
et l’obstruction en sachant que ces 2 mécanismes peuvent être présents chez le même patient.
A ces anomalies des veines profondes peut s’ajouter une incompétence des veines perforantes et des
veines superficielles et en particulier des saphènes. L’insuffisance saphène peut être d’étiologie primitive
ou secondaire, on parle alors de varices post thrombotiques.

Méthodes
Un nombre limité d’articles a été identifié dans la littérature anglaise et française sur le sujet permettant
de formuler des recommandations suivant l’échelle de Guyatt sur le bien-fondé de l’ablation des varices
dans le SPT.

Résultats
Conscient de cette situation nous ne suggérerons que

Lire la suite… « Dans quelles situations anatomiques et physiopathologiques l’ablation des saphènes dans les syndromes post thrombotiques peut-elle être bénéfique ou délétère »
Congrès SFP décembre 2014

Comment évaluer le risque de thrombose et le contrôler ?

G. PERNOD

Médecine Vasculaire, CHU Grenoble
38043 Grenoble Cx 9

L’évaluation du risque de récidive de maladie thromboembolique veineuse (MTEV) et de ses
conséquences en termes de survenue d’embolie pulmonaire repose en premier lieu sur la présence
ou non de circonstances déclenchantes de l’épisode de MTEV. Le risque annuel de récidive en cas de
MTEV provoquée est < 3% alors qu’il est de près de 10% en cas de thrombose idiopathique. En cas de
thrombose idiopathique, un certain nombre de scores (Vienna Score, Dash Score, Reverse) permettent
là encore de classifier des patients à faible ou fort risque. La majorité des épisodes récidivants son
eux-mêmes de survenue idiopathique, les patients aux antécédents de MTEV bénéficiant généralement
d’une prévention dans les situations à risque. On ne peut donc pas complètement extrapoler l’analyse
du risque de récidive aux patients avec antécédent de MTEV devant bénéficier d’un traitement de
varices.
L’incidence des thromboses après traitement des varices est assez mal connue, fonction des procédures,
de la définition donnée à la TVP post-procédure et des moyens diagnostics, variant de 0.5 à 5%.
L’antécédent de MTEV constitue dans ces situations un surrisque de TVP post-procédure.
Il n’existe pas de consensus quant à l’utilisation d’un traitement thrombo-prophylactique pour le
traitement des varices. Chez les patients à faible risque, le taux d’évènement est trop faible pour justifier
l’utilisation d’une prophylaxie médicamenteuse. Dans le contexte, un antécédent de MTEV pourrait par
contre justifier l’utilisation d’une prévention médicamenteuse.

Lire la suite… « Comment évaluer le risque de thrombose et le contrôler ? »
Congrès SFP décembre 2014

Ne pas traiter les varices chez la femme n’ayant pas abandonné tout désir de grossesse ?

J. PEREZ MONREAL

Médecin Vasculaire
Hospital de Día Quirón
Zaragoza (Espagne)

La grossesse est un facteur de risque majeur d’ apparition ou d’ aggravation des varices.
Bien que le traitement dans le C1 (sclérothérapie) a été admis comme une bonne indication avant une
éventuelle grossesse, classiquement on a recommandé aux patients ayant de varices tronculaires, de
retarder la chirurgie après la dernière grossesse attendue.
Le risque de récidives anarchiques liées à des modifications hémodynamiques avec importante
hypertension veineuse apparue pendant la grossesse et qui augmenteriont les effets délétères de la
néoangiogenèse induite par les crossectomies et saphénectomies seraient les raisons pour décider ce
traitement a posteriori.
Avec l’apparition des techniques endoveineuses, on constate une diminution trés considérable de la
néoangiogenèse, et dans la pratique, une moindre risque de récidives.
Nous montrons des cas cliniques ou le traitement des varices avant une grossesse ultérieure, a donné
un résultat très bien mantenu, avec de récidives mineures et faciles à contrôler.

Lire la suite… « Ne pas traiter les varices chez la femme n’ayant pas abandonné tout désir de grossesse ? »
Congrès SFP décembre 2014

Is saphenous vein diameter a relevant criterion?

E. MENDOZA

Venenpraxis, Wunstorf

Background
Great saphenous vein (GSV) incompetence is involved in the majority of cases of varicose disease.
Stratifi cation of venous disease severity is still diffi cult. Several studies have demonstrated correlation
between diameters and clinics. Lots of interventional studies measure diameters, but at so different
points, that a comparison is futile. After two differing studies were presented in 2014 a new series has
been done to highlighten the reasons for the contradictory results. The aim of the latest series

Lire la suite… « Is saphenous vein diameter a relevant criterion? »
Congrès SFP décembre 2014

Comment améliorer le parcours des patients porteurs de plaies chroniques : Centre de cicatrisation, Télémédecine

P. LÉGER

Clinique Pasteur – Toulouse France

Actuellement, en France, la plupart des patients porteurs de plaies chroniques sont suivis à domicile
par l’infirmière et le médecin référent. Lorsque cette plaie est trop complexe, les patients sont souvent
hospitalisés pour une longue durée. Il s’est développé, depuis plusieurs années, des structures
intermédiaires entre une hospitalisation de longue durée et le domicile.

Ces structures se présentent sous plusieurs formes.

Lire la suite… « Comment améliorer le parcours des patients porteurs de plaies chroniques : Centre de cicatrisation, Télémédecine »
Congrès SFP décembre 2014

Stratégie du traitement des ulcères de jambe

P. LÉGER

Clinique Pasteur – Toulouse France

La stratégie thérapeutique des ulcères de jambes et du pied peut être scindée en traitement étiologique
et traitement local. Actuellement, dans la prise en charge thérapeutique, il existe une hypertrophie du
traitement local par rapport au traitement étiologique qui est souvent négligé ou retardé.
Le traitement des ulcères de jambe et du pied découle souvent de la catégorie dans lesquelles ils ont
été classés après le bilan étiologique. Les traitements mis en place suivent alors

Lire la suite… « Stratégie du traitement des ulcères de jambe »
Congrès de la SFPCongrès SFP décembre 2014Espace Médecins PhlébologuesLa vie de la SFP

Douleur et ulcère

F. LE CAËR

CH Flers – CLCC Caen – Réseau régional douleur de Basse-Normandie

Au-delà de l’étiologie ulcéreuse, la douleur doit être considérée et évaluée de façon indépendante. Il
convient de distinguer d’abord la douleur aiguë de l’ulcère de la douleur aiguë induite par les soins,
souvent cyclique, puis de repérer d’éventuels phénomènes d’hyperalgésie ou des caractéristiques
neuropathiques et enfin de rechercher une douleur persistante ou une douleur chronique sous-jacente.
La pathologie responsable de l’ulcère peut certes être responsable de douleurs chroniques

Lire la suite… « Douleur et ulcère »
Congrès SFP décembre 2014

Foam sclerotherapy under tumescence – the solution?

B. KAHLE

University of Schleswig-Holstein, Campus Luebeck, Clinic for Dermatology, Allergology and Venerology

Background
The diameter of varicose veins infl uences the effi cacy of foam sclerotherapy. The smaller the size of the
targeted veins the better the outcome of foam sclertherapy. Thus manouvres to reduce the caliber of
varicose veins are to be evaluated to improve the outcome of foam sclerotherapy.

Hypothesis
Peri-venous tumescent local anesthesia (TLA), routinely performed in endovenous thermal procedures,
does not only provide anaesthesia

Lire la suite… « Foam sclerotherapy under tumescence – the solution? »
Congrès SFP décembre 2014Fiches informations Patients

L’information du patient, la confiance renforcée

M.S. JULIA

Présidente AVIAM

Informer c’est avertir, renseigner, annoncer, prévenir
Un patient c’est un malade voire un client
La confiance c’est un sentiment de sécurité, de garantie.
Renforcer c’est conforter, fortifier, soutenir, rassurer.
Ces précisions étant données je voudrais établir le lien entre ces différentes définitions

Lire la suite… « L’information du patient, la confiance renforcée »
Congrès SFP décembre 2014

La mousse a-t-elle des limites ?

C. HAMEL-DESNOS

Hôpital Privé Saint Martin
Caen

La mousse sclérosante (MS) fait actuellement partie intégrante du panel thérapeutique de l’insuffisance
des veines saphènes (VS) ; elle est même devenue une option prioritaire par rapport à la chirurgie
conventionnelle, selon plusieurs recommandations internationales (NICE-National Institute for health and
Clinical Excellence 2013, EVF-European Venous Forum 2014).

Doit-on pour autant considérer que cette technique est optimale dans toutes les situations, ou bien

Lire la suite… « La mousse a-t-elle des limites ? »
Congrès SFP décembre 2014Fiches informations Patients

Informer le médecin sur l’information du patient : le rôle du syndicat

B. GUILBERT

Président du Syndicat National des Médecins Vasculaires

Les risques liés à un acte médical doivent être préalablement exposés de façon claire et appropriée. Le
formulaire de recueil du consentement éclairé du patient doit décrire toutes les complications connues
et prévisibles qui pourraient survenir suite à l’intervention ou au geste médical. Faire signer ce formulaire
par le patient ne dégage en rien le praticien de sa responsabilité mais doit lui permettre d’éviter une mise
en cause pour défaut d’information.
Mais plus importante encore est

Lire la suite… « Informer le médecin sur l’information du patient : le rôle du syndicat »
Congrès SFP décembre 2014

Coût ou efficacité, comment choisir ?

J.J. GUEX

Nice

L’évolution des possibilités techniques, la demande des patients, le désir d’innovation sont quelques
unes des raisons qui poussent à l’emploi de nouvelles méthodes thérapeutiques.
En ce qui concerne le traitement des varices, les quinze dernières années ont vu un bouleversement des
idées et des traitements disponibles. Jusque là n’existaient que la sclérothérapie liquide et la chirurgie classique, alors qu’aujourd’hui nous disposons de la sclérothérapie écho guidée à la mousse, des
méthodes endo veineuses thermiques, et depuis peu de la Colle, de méthodes pharmaco mécaniques,
de la méthode LAFOS, et d’autres.
Comment s’y retrouver ? Est-ce que la nouveauté est toujours un progrès ?
Peut-on accroître le coût du traitement sans contrôle ? Qui va payer ?
Comment évaluer la qualité des résultats ? Autant de questions particulièrement importantes et
complexes en ces temps de restrictions budgétaires.
Nous tacherons d’apporter quelques clefs de lecture et quelques principes simples de micro-économie
susceptibles de nourrir vos réflexions.

Lire la suite… « Coût ou efficacité, comment choisir ? »
Congrès SFP décembre 2014

C6 Mousse – Étude prospective de cas-témoins sur l’effet de la sclérose mousse sur la vitesse de guérison des ulcères veineux et leur récurrence à 1 et 2 ans.

J.P. GOBIN (1), J.P. BENIGNI (2), F.A. ALLAERT (3)

(1)Lyon, (2) Paris, (3) Dijon)

Rationnel de l’étude
Les ulcères veineux sont liés à des mécanismes d’hyperpression en relation avec une insuffi sance
veineuse superfi cielle et/ou profonde. La sclérose mousse des veines superfi cielles est susceptible
d’augmenter leur taux de cicatrisation, la vitesse de cicatrisation et également de réduire leur taux de
récidive à 1 et 2 ans.

Lire la suite… « C6 Mousse – Étude prospective de cas-témoins sur l’effet de la sclérose mousse sur la vitesse de guérison des ulcères veineux et leur récurrence à 1 et 2 ans. »
Congrès SFP décembre 2014

Traitement des Veines Saphènes Techniques Combinées (MOCA, LAFOS) : une voie d’avenir ?

J.L. GILLET

51bis avenue Pr Tixier
38300 Bourgoin-Jallieu

Les techniques endoveineuses représentent une avancée thérapeutique majeure de ces dernières
années dans le traitement des veines saphènes incontinentes. Les traitements thermiques par laser
endo-veineux comme par radiofréquence nécessitent une anesthésie tumescente. Les traitements
chimiques (écho-sclérothérapie à la mousse) trouvent leur limite pour les veines de gros calibre (7 à
8 mm de diamètre tronculaire). Depuis quelques années apparaissent de nouvelles techniques endoveineuses
qui ne nécessitent pas d’anesthésie tumescente.
Les intérêts de s’affranchir de l’anesthésie tumescente

Lire la suite… « Traitement des Veines Saphènes Techniques Combinées (MOCA, LAFOS) : une voie d’avenir ? »
Congrès SFP décembre 2014

L’écho-sclérose mousse des varices sous compression

«tumescence externe» : l’étude MOUSSECOMP.
Ultra-Sound-Guided-Foam-Sclerotherapy under external compression
(external tumescence): the MOUSSECOMP study.

G. GACHET (1), K. GALEM (2)

(1) Médecin vasculaire à Voiron 38
(2) Médecin vasculaire à Tlemcen (Algérie)

Résumé
Afin d’améliorer les résultats déjà excellents de l’écho-sclérose mousse (ESM), les auteurs ont envisagé
l’ajout d’une compression (ou tumescence) externe mise en place avant l’injection et maintenue dans
les 3 minutes qui la suivent afi n de réduire le calibre de la varice et la rendre exsangue. Une étude pilote
portant sur 120 patients a permis d’obtenir 99%

Lire la suite… « L’écho-sclérose mousse des varices sous compression »
Congrès SFP décembre 2014

Phlébectomie Ambulatoire en cabinet

S. FAYS-MICHEL
N. FAYS-BOUCHON

7 rue des Glacis
54000 Nancy

Objectif de cet atelier

Le but de cet atelier est de démontrer que la phlébectomie ambulatoire élaborée il y a maintenant plus
d’un demi-siècle est une technique certes encore peu développée mais qui peut être appliquée sans
risque et sans gros investissement en cabinet médical. A l’aide de vidéos démonstratifs, les auteurs en
exposent technique et résultats.

La phlébectomie ambulatoire : une extraction douce des varices

La préparation du patient est des plus simples car l’intervention

Lire la suite… « Phlébectomie Ambulatoire en cabinet »
Congrès SFP décembre 2014

Diamètres des saphènes : effet sur les options thérapeutiques ? (résultats d’une enquête mondiale)

Diameter of saphenous veins: does it influence therapeutic options? (results of a worldwide survey)

M. DE MAESENEER
S. VAN DER VELDEN

Erasmus Medical Centre
Rotterdam, Netherlands

Rationale
Nowadays, numerous treatment possibilities are available for patients with varicose veins. Treatment
strategy may be different depending on the diameter of the refluxing truncal vein. However, the optimal
management strategy cannot always be retrieved from existing guidelines.

Objective
To evaluate how duplex ultrasound findings, in particular measured

Lire la suite… « Diamètres des saphènes : effet sur les options thérapeutiques ? (résultats d’une enquête mondiale) »
Congrès SFP décembre 2014

L’approche des récidives: plus créative, moins invasive A more creative and less invasive approach for patients with recurrent varicose veins

M. DE MAESENEER, S. VAN DER VELDEN

Erasmus Medical Centre
Rotterdam, Netherlands

In previous decades, treatment of patients with recurrent varicose veins used to be rather invasive.
Patients were often treated by means of extensive redo surgery in general anesthesia, including reexploration
of the groin or popliteal fossa. These reoperations were often diffi cult, time consuming
interventions, characterized by more postoperative morbidity and worse outcome, compared to a first
surgical intervention.
Nowadays, we should defi nitely move towards a less invasive approach in patients with recurrent
varicose veins. Based on patients’ complaints, clinical fi ndings and ‘duplex anatomy’ the modern
phlebologist may use his/her creativity to offer an adequate solution to each individual patient. Several
less invasive strategies have been investigated and reported in recent literature. A valuable alternative
for a classic redo procedure consists of performing extensive phlebectomies without reopening the
groin or popliteal fossa, which results in less complications and a much lower cost. This procedure can
easily be performed in local tumescent anesthesia. In case duplex ultrasound examination still reveals
an important refl uxing segment (of at least 5-10 cm in length) of the great saphenous vein (GSV), the
anterior accessory saphenous vein (AASV) or the small saphenous vein (SSV) endovenous thermal (or
non-thermal) ablation of the refl uxing trunk may be the treatment of choice. One randomised clinical trial,
comparing radiofrequency ablation with extensive redo surgery, and several cohort studies reported
excellent results after endovenous laser ablation in recurrent cases. However many patients presenting
with recurrent varicose veins, are not suitable for the options mentioned above, in view of the duplex
fi ndings, with lots of incompetent tortuous veins running in and out the saphenous compartment, or
recurrent refl ux in a partially recanalised GSV, AASV or SSV, presenting with wall thickening and so called
‘trabeculae’. In these cases ultrasound guided foam sclerotherapy is the treatment of choice.
Apart from one single option to treat a patient with recurrent varicose veins, a creative combination
of techniques, using the different tools available nowadays for the modern phlebologist, may result
in a considerable clinical improvement and excellent patient satisfaction. For instance, a combination
of endovenous thermal ablation with injection of sclerosant foam through the catheter, or combining
phlebectomies with foam injection in the most cranial tributary at the end of the procedure, are all
interesting alternative strategies.
Finally, a good communication with the patient, presenting with recurrent varicose veins, is of utmost
importance. This will often lead to a rather ‘step-by-step’ approach, in view of the chronic nature of the
disease.
In conclusion, extensive reoperations should defi nitely belong to history and minimally invasive
techniques, based on the phlebologist’s creativity, should largely be preferred.

Lire la suite… « L’approche des récidives: plus créative, moins invasive A more creative and less invasive approach for patients with recurrent varicose veins »
Congrès SFP décembre 2014

Cure Conservatrice Hémodynamique de l’Insuffisance Veineuse en Ambulatoire (CHIVA) : bases théoriques.

M. DADON

Centre d’Explorations Vasculaires
7 rue Chalgrin, 75116 Paris

La cure Conservatrice Hémodynamique de l’Insuffisance Veineuse en Ambulatoire (CHIVA), théorisée
et publiée en 1988 par le Dr C. Franceschi, consiste à améliorer les conditions hémodynamiques de la
circulation veineuse superficielle et ainsi ne plus permettre l’expression clinique des anomalies pariétales,
que ce soit les varices ou les troubles trophiques cutanés.
Cette nouvelle approche a été rendue possible

Lire la suite… « Cure Conservatrice Hémodynamique de l’Insuffisance Veineuse en Ambulatoire (CHIVA) : bases théoriques. »
Congrès SFP décembre 2014

Le type de reflux est-il déterminant dans nos stratégies thérapeutiques ?

V. CRÉBASSA (1), E. ZIMMERMAN (2), M. DESROCHES (3), F.A. ALLAERT (4)

(1) Montpellier), (2) (Six-fours- les- plages), (3) (La Ciotat), (4) (Dijon)
Mots Clefs : Refl ux Théories ascendantes et descendantes.

Introduction
La compréhension de l’hémodynamique des varices est en évolution et s’affrontent deux théories,
théorie ascendante et descendante. Notre objectif est d’analyser l’aire sous la courbe du refl ux lors de
la première seconde, nouvel outil diagnostic pour différencier ces deux types de refl ux et faciliter nos
orientations thérapeutiques.

Lire la suite… « Le type de reflux est-il déterminant dans nos stratégies thérapeutiques ? »
Congrès SFP décembre 2014Fiches informations Patients

L’information du patient en phlébologie

F. CHLEIR

Hopital Américain de Paris
63, Blvd Victor HUGO
92200 Neuilly-sur-Seine

Introduction
Depuis la loi du 4 mars 2002, dites loi Kouchner nous avons l’obligation d’informer nos patients avant
tout acte diagnostic ou thérapeutique. L’idée est que le choix du patient, son orientation se fasse en
connaissance de cause. Depuis, environ 90% des plaintes déposées à l’encontre des médecins de le
sont pas pour fautes ou erreurs médicales toujours difficile à démontrer,

Lire la suite… « L’information du patient en phlébologie »
Congrès SFP décembre 2014

Les indications actuelles des AVK dans la prévention et le traitement de la MTEV

F. CHLEIR

Hopital Américain de Paris
63, Blvd Victor HUGO
92200 Neuilly-sur-Seine

Introduction
Première cause d’hospitalisation pour effet iatrogène en France (12,3 %), les anti vitamine K (AVK) se
voient progressivement remplacés par les anticoagulants oraux directs (AOD).On ne leur trouve que
des défauts et l’on se demande si l’on doit ou l’on peut encore les prescrire dans la maladie thromboembolique
veineuse (MTEV).
Objectifs
notre but est de défi nir quelle est la place actuelle possible de cette classe thérapeutique face aux AOD
et autres

Lire la suite… « Les indications actuelles des AVK dans la prévention et le traitement de la MTEV »
Congrès SFP décembre 2014

L’anesthésie locale tumescente dans le traitement chirurgical des varices

S. CHASTANET
P. PITTALUGA

Riviera Vein Institut, Monaco
Mots clés : anesthésie locale, varices

Introduction
L’anesthésie locale tumescente bicarbonatée (ALTB) est basée sur le principe de très haute dilution
(0.03%) de lidocaine 1% dans du bicarbonate isotonique pur.
Cette étude rapporte l’intérêt de l’ALTB pour la douleur, le saignement et la qualité de vie dans le
traitement chirurgical des varices des membres inférieurs (MI), quelque soit le type de traitement
chirurgical.

Lire la suite… « L’anesthésie locale tumescente dans le traitement chirurgical des varices »
Congrès SFP décembre 2014

Le laser double longueur d’onde 532 et 1064 nm quel potentiel en phlébologie ?

J.M. CHARDONNEAU

Nantes

La prévalence des télangiectasies se situe suivant les études entre 60 et 80% de la population féminine.
La demande de traitement est pour la très grande majorité esthétique.
Avant toute approche thérapeutique, il est vivement souhaitable de vérifier par la clinique, l’écho-doppler
et surtout la transillumination la relation éventuelle et le type de relation avec une veine réticulaire.
L’attitude thérapeutique devra faire preuve de beaucoup de prudence. Sachant d’une part que les
résultats dans le domaine esthétique sont teintés de subjectivité

Lire la suite… « Le laser double longueur d’onde 532 et 1064 nm quel potentiel en phlébologie ? »
Congrès SFP décembre 2014

Les indications actuelles des HBPM dans la prévention et le traitement de la maladie thrombo-embolique veineuse.

M. CAZAUBON

Paris
Rappel : La découverte, fortuite de l’héparine remonte au début du siècle dernier. Après les travaux de
Kakkar ( 1975) sur l’héparine non fractionnée dans la prévention de la thrombose veineuse et de l’embolie
pulmonaire post-opératoire, une grande étape a été franchie par le fractionnement de l’héparine en
chaînes plus légères, les héparines de bas poids moléculaire (HBPM). Les HBPM ont toujours une place
de choix dans la prévention de la maladie thrombo- embolique veineuse (MTEV). Il en est de même dans
le traitement curatif, que ce soit

Lire la suite… « Les indications actuelles des HBPM dans la prévention et le traitement de la maladie thrombo-embolique veineuse. »
Congrès SFP décembre 2014

Quelle chirurgie pour les grosses saphènes ?

Which surgery for the large saphenous veins ?

A. CAVEZZI (1), F. CAMPANA (3), G. MOSTI (2), S.U. URSO (1)

(1) Eurocenter Venalinfa, San Benedetto del Tronto (AP), Italy
(2) Clinica Barbantini, Lucca, Italy
(3) Vascular Medicine, Hospital Bufalini, Cesena, Italy

Varicose vein surgery (VVS) has undergone a major reappraisal in the last two decades, due to the
diffusion of mini-invasive techniques in local anesthesia and with duplex ultrasound (DUS) guidance.
Furthermore the introduction and validation of the endovenous therapies (EVT) has led to a more
conservative approach.
Saphenous vein surgery moved from old-fashion

Lire la suite… « Quelle chirurgie pour les grosses saphènes ? »
Congrès SFP décembre 2014

Great saphenous vein surgery without high ligation of the saphenofemoral junction

P. CASONI, M. LEFEBVREVILARDEBO, F. VILLA, P. CORONA

Parme – Italy

Objective
The aim of this study was to evaluate whether great saphenous vein (GSV) surgery without high ligation
of the saphenofemoral junction (SFJ) is benefi cial in terms of varicose vein recurrence.
Methods
This was a prospective randomized trial set in a private practice. From December 2000 to May 2004,
120 patients were enrolled. Patients were randomly allocated preoperatively to two groups undergoing
GSV surgery with (group A, n = 60) or without (group B, n = 60) high ligation of the SFJ.

Lire la suite… « Great saphenous vein surgery without high ligation of the saphenofemoral junction »
Congrès SFP décembre 2014

The optimal management of varicose tributaries following superficial axial ablation

D. CARRADICE, J. EL-SHEIKHA, S. NANDHRA, T. WALLACE, N. SAMUEL, G. SMITH, I. CHETTER

Hull York Medical School, United Kingdom
Key words: EVLA, phlebectomy

Background
Superficial venous insufficiency of the leg (SVI) affects 40% of adults, causing symptoms impacting upon
quality of life (QoL); and causes damage to the soft tissues of the leg, culminating in ulceration. There
has been a revolution in the understanding and management of SVI. Recent UK guidelines recommend
endothermal axial ablation as the first line treatment, but the management of the varicose tributaries
themselves remains under debate. Some consider the tributaries to be an insignificant aspect of the
disease and think that they will resolve once the axis is treated, whereas others feel that they are an
important aspect of the disease which need to be addressed.

Lire la suite… « The optimal management of varicose tributaries following superficial axial ablation »
Congrès SFP décembre 2014

Why it is not always necessary to treat the sapheno-popliteal junction in refl uxing small saphenous veins.

M. CAPPELLI(1) R. MOLINO LOVA(2)

(1) MD, Private Surgery, Via Francesco Datini 46, 50126 Florence, Italy.
(2) Don Gnocchi Foundation, Via di Scandicci 269, Florence, Italy

Basically, the treatment of refl uxing small saphenous vein (SSV) should be addressed by fi rst assessing
the sapheno-popliteal junction (SPJ), which can show three main hemodynamic patterns:
1) no reflux;
2) diastolic reflux;
3) systolic reflux.
The second step of our assessment

Lire la suite… « Why it is not always necessary to treat the sapheno-popliteal junction in refl uxing small saphenous veins. »