Congrès SFP décembre 2014

Comment évaluer le risque de thrombose et le contrôler ?

G. PERNOD

Médecine Vasculaire, CHU Grenoble
38043 Grenoble Cx 9

L’évaluation du risque de récidive de maladie thromboembolique veineuse (MTEV) et de ses
conséquences en termes de survenue d’embolie pulmonaire repose en premier lieu sur la présence
ou non de circonstances déclenchantes de l’épisode de MTEV. Le risque annuel de récidive en cas de
MTEV provoquée est < 3% alors qu’il est de près de 10% en cas de thrombose idiopathique. En cas de
thrombose idiopathique, un certain nombre de scores (Vienna Score, Dash Score, Reverse) permettent
là encore de classifier des patients à faible ou fort risque. La majorité des épisodes récidivants son
eux-mêmes de survenue idiopathique, les patients aux antécédents de MTEV bénéficiant généralement
d’une prévention dans les situations à risque. On ne peut donc pas complètement extrapoler l’analyse
du risque de récidive aux patients avec antécédent de MTEV devant bénéficier d’un traitement de
varices.
L’incidence des thromboses après traitement des varices est assez mal connue, fonction des procédures,
de la définition donnée à la TVP post-procédure et des moyens diagnostics, variant de 0.5 à 5%.
L’antécédent de MTEV constitue dans ces situations un surrisque de TVP post-procédure.
Il n’existe pas de consensus quant à l’utilisation d’un traitement thrombo-prophylactique pour le
traitement des varices. Chez les patients à faible risque, le taux d’évènement est trop faible pour justifier
l’utilisation d’une prophylaxie médicamenteuse. Dans le contexte, un antécédent de MTEV pourrait par
contre justifier l’utilisation d’une prévention médicamenteuse.

Pernod-Quelle-prise-en-charge-des-varices-chez-le-patient-aux-antecedents-de-MTEV