Congrès de la SFPCongrès SFP décembre 2014Espace Médecins PhlébologuesLa vie de la SFP

Epidémiologie des ulcères de jambe

A.-A. RAMELET

Clinique universitaire de dermatologie – Berne, Suisse

L’ulcère de jambe est une perte de substance chronique, d’étendue et de profondeur variable, siégeant
préférentiellement au tiers distal de la jambe, d’origine vasculaire (artérielle et/ou veineuse), trophique,
traumatique, infectieuse, tumorale, etc.

Épidémiologie descriptive
Dans le tiers-monde, la cause infectieuse prédomine, alors que dans les pays occidentaux, l’ulcère
veineux est le plus fréquent (80-90%, dont 15% sont mixtes, soit avec une composante veineuse et
artérielle). Contrairement à une idée trop répandue, près de la moitié des ulcères veineux est consécutive
à une insuffisance veineuse superficielle, et aurait pu être évitée par le simple traitement de la maladie
veineuse superficielle en temps utile.
L’épidémiologie des ulcères veineux est difficile à étudier, car nous avons affaire à un groupe terriblement
hétérogène. Comment incorporer dans une même entité un ulcère d’apparence veineuse survenant
chez un sujet jeune (potentiellement un Klinefelter, une drépanocytose…), un ulcère du sujet d’âge
moyen dans le contexte d’un syndrome post-thrombotique sévère ou d’une insuffisance veineuse
profonde primitive, et l’ulcère veineux d’un sujet âgé ? Curieusement les essais thérapeutiques ne
tiennent nullement compte de ces nuances. Les résultats publiés, qu’il s’agisse de traitements locaux
ou médicamenteux, ne sont donc guère fiables…
La prévalence de l‘ulcère veineux varie considérablement selon les auteurs, tendant à diminuer, malgré
le vieillissement de la population (prise en charge de la maladie veineuse, prévention et traitement des
thromboses veineuses profondes (TVP)).
Ainsi la prévalence de 1% d’ulcère de jambe dans la population générale, usuellement citée, est
certainement exagérée de nos jours. Dans l’étude de Bonn (population de 18 à 79 ans), la prévalence
de l’ulcère ouvert (C6) était de 0,1% et de l’ulcère cicatrisé (C5) de 0,6%. A l’inverse, les études portant
sur des sujets âgés révèlent une prévalence bien supérieure, allant jusqu’à 12,6% des sujets de plus de
70 ans dans un village de 4000 habitants en Suède.

Épidémiologie analytique
Les facteurs de risque sont ceux de la maladie veineuse chronique, auxquels il faut ajouter la TVP,
les troubles de la coagulation, le syndrome post-thrombotique, les atteintes articulaires de la cheville,
l’oedème postural… Certaines autres étiologies ne sont sans doute pas encore repérées, comme celle
qui pourrait expliquer la prédominance des hommes jeunes dans les ulcères veineux dans les pays du
Maghreb.

Épidémiologie évaluative
Les coûts et les souffrances engendrés par l’ulcère veineux sont considérables, pouvant atteindre
2% du budget de la santé publique. Le coût moyen annuel d’un ulcère veineux dépasse sans doute €
10’000.- par an, sans compter les arrêts de travail.

Mots clés : ulcère de jambe, épidémiologie