Anciennement appelés « bas à varices » dans le langage courant, les bas de compression ont vu leur image se moderniser depuis 15 à 20 ans. En effet, les matériaux se sont améliorés de façon spectaculaire, permettant de réaliser des modèles de bas plus confortables et esthétiques, alors que l’efficacité est préservée.

C’est quoi la différence entre contention et compression ?

bas de compression couleur
La contention
s'oppose passivement à l’augmentation du volume du membre inférieur lors de chaque contraction liée à la marche. Il s’agit donc d’une bande non élastique ou peu élastique qui exerce très peu de pression sur la peau et les tissus sous-jacents au repos, mais qui, lors de la contraction musculaire, génère une forte pression, donc à chaque pas. La contention est réalisée par des bandes inélastiques ou peu élastiques.
La compression, quant à elle, exerce une pression sur le membre inférieur, aussi bien au repos qu’à l’effort. Il est en général conseillé de la retirer la nuit. La compression peut être réalisée par des bandes ou par des bas. Par «bas», on entend chaussettes (s’arrêtant juste sous le genou), bas-cuisses (s’arrêtant à la racine de la cuisse) ou collants.
Les bandes sont plutôt utilisées pour une courte durée, alors que les bas sont mieux adaptés à une utilisation à long terme.

Est-ce que c’est plus efficace de porter des bas-cuisses ou des collants que des chaussettes ?

Il n’y a pas de différence d’efficacité démontrée entre les différents types de bas. La culotte des collants, même des collants de maternité, n’a aucune efficacité compressive. En l’absence d’indication médicale particulière, le choix se fera sur le type de bas le plus confortable à porter pour le patient. Si vous avez une préférence ou des habitudes, n’hésitez pas à le signaler à votre médecin.

C’est quoi les classes de compression ?

Le choix de la force de compression est, en revanche, médicalement très important et il est fait par le médecin, en fonction de chaque cas.  Il existe ainsi pour les bas, quatre « classes » de compression, allant de la compression la plus faible à la plus forte (1-4), avec une réglementation précise. Pour la France on distingue ainsi : classe 1= 10-15 mmHg, classe 2= 15-20 mmHg, classe 3=20-36mmHg, classe 4= plus de 36 mmHg.

La compression médicale - HAS - novembre 2010

À quoi ça sert la compression ?

La compression représente la base du traitement de la maladie veineuse. Elle a des indications même à un stade précoce de la maladie veineuse.
Les bas et bandes exercent une pression dégressive, c’est-à-dire que la pression exercée est plus élevée en cheville et diminue progressivement vers le haut de la jambe. Ainsi, le retour veineux est amélioré et globalement la circulation dans la jambe se fait mieux, car le sang y est mieux oxygéné et les tissus et la peau mieux « nourris ». Selon le type et le stade de votre maladie veineuse, l’effet visé sera :

  • de soulager ou prévenir les symptômes (lourdeurs, douleurs, sensations de jambes lourdes …), effet particulièrement utile pour les professions sédentaires ;
  • d’éviter ou de diminuer l’œdème de jambe,
  • d’éviter ou de traiter des complications de la peau liées à votre insuffisance veineuse,
  • d’aider à la cicatrisation d’un ulcère,
  • de prévenir ou traiter la « phlébite » , ou «thrombose veineuse » (caillot de sang dans une veine).

expliquer la compression des bas varices
Attention, les bandes et bas de compression sont des dispositifs médicaux et ne doivent pas faire l’objet d’une automédication
. C’est pourquoi on parle souvent de bas médicaux de compression.

Tous les bas ne se valent pas. Ils seront prescrits pour être adaptés à votre type de maladie veineuse, à son stade d’évolution et à votre morphologie. Leur indication sera portée par votre phlébologue ou médecin vasculaire, après examen clinique et écho-Doppler.
Ainsi, par exemple, tout oedème n’est pas forcément veineux et d’autres causes, telles que cardiaque, rénale, thyroïdienne…, ou l’implication de la prise d’un médicament, doivent être éliminées. D’autre part, l’artérite sévère (artères qui se bouchent dans les jambes) peut constituer une contre-indication pour la compression, ou imposer de changer de classe.

Je n’arrive pas à enfiler mes bas.

Il existe des techniques très simples d'enfilage des bas, visionnez la vidéo.

Si vous avez de l'arthrose ou autres difficultés physiques à mettre vos bas, parlez-en à votre phlébologue ou à votre pharmacien, vous pouvez utiliser des dispositifs permettant d’aider à l’enfilage des bas. Le type de bas peut également être choisi en fonction de vos difficultés d’enfilage.

J’ai des irritations à la cuisse à cause de mes bas de compression.

Les patients parlent souvent d’allergie aux bas lorsqu’ils ont des irritations de la peau voire des « cloques », à l’endroit d’adhérence du bas à la cuisse (pour éviter qu’ils glissent). En fait, il ne s’agit pas, le plus souvent, d’une allergie, mais d’un bas mal adapté. Appliquez bien vos bas selon les conseils de pose et parlez-en à votre phlébologue, ou faites reprendre les mesures par votre pharmacien.

La délivrance de bas doit, en effet,  toujours être faite après mesures de vos jambes en différents points. Ces mesures sont faites soit par votre phlébologue, soit par votre pharmacien. Les modes d'enfilage, de pose, de port vous seront expliqués par eux également. Il est important de suivre conseils et prescription. En effet, un bas posé ou porté de façon inadaptée risque non seulement d'être inefficace, mais peut même parfois, avoir des effets négatifs sur votre circulation ou votre qualité de vie.

Est-ce que je n’ai droit qu’à 2 paires de bas par an ?

Sur prescription, les bas médicaux de compression donnent lieu à un remboursement par les assurances maladie. Le nombre de prescriptions n'est pas limité à 2 paires de bas par an. Votre médecin est en droit de vous les prescrire sans limitation, mais dans les limites d'un usage raisonnable. Il faut cependant noter que face à certains abus, un certain nombre de caisses régionales d'assurance maladie s'arrogent maintenant le droit de limiter, pour leur région, le nombre de paires remboursables par an et par patient.

C’est quoi les bas des sportifs ?

Leur principe est différent. Par rapport aux bas "classiques", la dégressivité de la pression entre cheville et mollet est ici moins importante. La  pression exercée au niveau des masses musculaires du mollet reste donc élevée, avec pour but de favoriser la circulation musculaire. Il en existe 2 types : l’un est porté durant l’activité sportive, et l’autre est conçu pour la récupération, après l’effort. Il ne s’agit pas de bas médicaux, ils ne sont pas remboursables.

 

Référence :

La compression médicale dans les affections veineuses chroniques. Bon usage des technologies de santé, HAS, décembre 2010