Espace PatientsLa Maladie Veineuse

J’ai une phlébite

J ai une phlebite 2 Fotolia 63521178 S

Lorsque j’attendais ma petite fille à la sortie de l’école, j’ai eu l’impression que ma jambe droite allait éclater, cela m’a angoissée, alors je suis allée voir mon médecin généraliste qui m’a orientée vers un médecin spécialiste des vaisseaux (Médecin Vasculaire); celui-ci a examiné mes jambes et m’a fait un écho-Doppler veineux. Il m’a dit que je faisais une phlébite.

Une thrombose veineuse (« phlébite ») c’est un caillot de sang qui bouche en partie ou totalement une veine.

Le plus souvent, il se situe dans les veines des jambes et c’est en général dans ce contexte que l’on parle de « phlébite surale »; mais il peut parfois se situer plus haut, dans la cuisse par exemple. Ce caillot forme un bouchon qui empêche le sang de circuler normalement.

Il existe deux types de thrombose veineuse (selon la profondeur de la veine touchée. Voir les différents réseaux veineux dans l’article « j’ai des varices« ) :

  1. La thrombose veineuse superficielle, improprement nommée « phlébite superficielle » ou « paraphlébite ». Le caillot se forme dans des veines superficielles de la jambe (sous la peau). C’est une forme le plus souvent bénigne de thrombose, mais quelquefois, il s’y associe une thrombose veineuse profonde, plus grave.
  2. La thrombose veineuse profonde, « phlébite profonde ». Le caillot se forme dans une veine plus grosse et en profondeur.

Les causes de la phlébite sont multiples.

  • Elle peut apparaître après une intervention chirurgicale.
  • Après un alitement prolongé du fait d’une maladie, ou pendant ou après la présence d’un plâtre posé sur la jambe à la suite d’une fracture.
  • Elle peut aussi survenir après un vol de longue distance.
  • Dans un contexte de traitement hormonal.
  • Mais aussi, assez souvent, sans raison évidente.

La complication la plus grave de la thrombose veineuse est l’embolie pulmonaire.
Le caillot qui s’est formé dans la jambe se détache et migre vers les poumons où il peut boucher un gros vaisseau, c’est ce qu’on appelle une embolie pulmonaire.

La thrombose des membres inférieurs est une pathologie fréquente (100 000 cas par an environ en France). La phlébite est responsable d’environ 10 000 décès par an par embolie pulmonaire

Les symptômes

La phlébite profonde peut se manifester par :

  • une douleur inhabituelle de la jambe ou du mollet, à la marche ou au repos
  • un gonflement (œdème) de la jambe

D’autres symptômes existent comme :

  • Une légère fièvre autour de 38°,
  • Une coloration cutanée un peu foncée, légèrement bleutée de la jambe, ou une rougeur

Malheureusement ces signes sont très inconstants, certaines thromboses veineuses donnent très peu de signes d’alarmes.

Que faire en cas de thrombose veineuse (« phlébite ») ?

En cas de sensations inhabituelles (douleur, gonflement, rougeur..) en particulier au niveau d’une jambe ou d’un mollet, il est essentiel de prendre rendez-vous chez son médecin qui, en général, fera pratiquer un écho-Doppler veineux par un  médecin vasculaire. Si les examens confirment la présence d’une thrombose veineuse profonde, le médecin pourra prescrire un traitement anticoagulant, associé au port d’un bas élastique de compression.
Ce traitement va inhiber la coagulation du sang, empêchant ainsi l’extension et la migration du caillot. Il existe différents types de traitements anticoagulants : par voie orale ou par voie injectable. Pour la forme orale, de nouveaux médicaments dits AOD (anticoagulants oraux directs) sont maintenant disponibles. Ils requièrent moins de contrôles sanguins que les anciens médicaments, cependant, le choix du traitement anticoagulant dépend de différents facteurs qui seront évalués par le médecin vasculaire.

Dans le cas d’une thrombose veineuse superficielle (« phlébite superficielle ») non compliquée, le traitement est adapté au contexte et à l’importance du caillot.

Le port d’une compression, dont la force sera déterminée par le médecin est habituelle.

Dans tous les cas, votre médecin vasculaire, en concertation avec votre généraliste, établira le choix du traitement, sa planification, le suivi, et le bilan nécessaire pour trouver une éventuelle cause de survenue de cette thrombose.

Le plus souvent le traitement peut être fait médicalement, en ambulatoire, donc sans hospitalisation. Cependant, certains cas peuvent nécessiter une hospitalisation, selon le siège du caillot, des signes d’embolie pulmonaire, les risques hémorragiques, ou liés au patient lui-même par exemple s’il présente une insuffisance rénale, ou en cas de prises d’autres médicaments.

De nouvelles techniques de désobstruction directe des veines se développent (fibrinolyse in situ, angioplastie, stents). Elles sont réalisées uniquement dans certains centres; elles ne concernent que certaines indications et ne s’adressent qu’aux grosses veines proximales (veines iliaques et fémorales communes).

Dois-je craindre des séquelles à long terme ?

En dehors du risque immédiat d’embolie pulmonaire, la thrombose veineuse profonde comporte une autre complication possible et redoutée, dont les conséquences peuvent ne se manifester qu’au bout de plusieurs années: le syndrome post-thrombotique. Celui-ci est lié à la persistance de segments veineux occlus (et) (ou) à une altération des valvules veineuses (voir « j’ai un ulcère« ).

En effet, lorsqu’un caillot se forme dans une veine profonde, il est susceptible d’abimer définitivement la paroi et les valvules; dans ce cas, même lorsque le caillot disparait, la maladie n’est pas terminée. La circulation veineuse sera de moins bonne qualité, et au fil des années, l’hyperpression veineuse finit par provoquer des lésions des tissus et de la peau, avec pigmentation ocre ou brune, induration des chairs (hypodermite de la jambe), et parfois ulcère.

Il est donc nécessaire que la prise en charge de votre thrombose soit rapide et adaptée, de ne pas abandonner trop tôt les bas de compression, et d’effectuer un suivi à distance, afin que le médecin vasculaire évalue d’éventuelles séquelles de votre thrombose et vous conseille

Référence :

AFSSAPS Recommandations 2009Prévention et traitement de la maladie thrombo-embolique veineuse en médecine.

CHEST Guideline and Expert Panel Report. Chest, 2016