Phlébologie pour le Généraliste

Sclérothérapie : Prise en charge et soins de suite en cas d’effets secondaires

Sclérothérapie et sclérothérapie écho guidée à la mousse

Prise en charge et soins de suite en cas d’effets secondaires/indésirables

Si vous êtes amené à voir un patient ayant été traité par injections sclérosantes et présentant des effets secondaires ou indésirables. Si le médecin spécialiste n’a pas pu être joint, et que vous n’avez pas d’expérience en la matière, ce petit résumé est fait pour vous.

ESM PSG

Bien que la sclérose écho guidée à la mousse soit une méthode de traitement des varices bien tolérée et suivie de peu d’effets indésirables, c’est une technique efficace et puissante. En particulier la sclérose écho guidée à la mousse permet de prendre en charge des varices autrefois du seul recours de la chirurgie, y compris pour le traitement des troncs saphènes. Il faut savoir que les suites de procédure peuvent parfois être un peu «bruyantes» et  dérouter les personnes non spécialisées et peu au fait de la technique. C’est la rançon de l’efficacité de la méthode.

 Que peut-il arriver après une sclérothérapie ?

 Au plan général :

  • Dans les minutes qui suivent l’injection, le patient peut ressentir quelques troubles visuels dus au déclenchement d’une migraine ophtalmique, probablement par libération locale d’endothéline. Ces troubles peu fréquents (un pour cent des traitements) sont toujours, comme la migraine, totalement réversibles et ne sont pas en rapport avec un phénomène embolique.
  • Les troubles neurologiques plus graves sont totalement exceptionnels (moins d’un cas pour un million de traitements) ; le cas échéant, l’avis du praticien de la sclérose écho guidée à la mousse doit être demandé, et des investigations spécifiques (IRM) pourront être demandées.
  • De la même manière, il faut savoir que certains patients peuvent se plaindre d’une oppression thoracique immédiatement après la séance, sans qu’il soit observé ni ischémie myocardique ni embolie pulmonaire.
  • Toujours au plan général, certains patients rapportent des douleurs diffuses le lendemain des injections, ce phénomène est sans gravité, les véritables allergies aux produits sclérosants sont très douteuses.

Au plan local :

La réaction de sclérose d’une varice est souvent en proportion de son diamètre initial et de sa proximité par rapport à la peau. Elle peut entraîner la formation d’une collection hématique inflammatoire intra variqueuse. Cette collection peut être franchement douloureuse, entourée par un œdème plus ou moins important, la peau est rouge, chaude, cette réaction peut être confondue avec une thrombose veineuse superficielle. Cette manifestation n’est pas toujours évitable lors d’un traitement par sclérose écho guidée à la mousse. La prise en charge passe par des soins locaux, en particulier anti-inflammatoires en gel et compression locale par bandes collantes. Les AINS per os, voire un simple antalgique peuvent être utiles également. Il n’y a qu’exceptionnellement lieu de mettre en œuvre un traitement anticoagulant par HBPM ou Fondaparinux, à dose préventive, pendant quelques jours, jusqu’à sédation des douleurs. Ces collections hématiques intra variqueuses peuvent nécessiter une ponction après 2-3 semaines, lorsque l’épisode inflammatoire aigu est passé.

  • En revanche, s’il se produit une vraie thrombose profonde (moins d’un cas pour mille traitements), la prise en charge  sera identique à une thrombose veineuse profonde, le diagnostic sera confirmé par un phlébologue/médecin vasculaire qui réalisera un échoDoppler des veines des membres inférieurs ; un traitement anticoagulant sera mis en route pour 3 à 6 mois, le contexte et le type de thrombose incitant ou non à faire une recherche d’une autre cause favorisante, comme pour toute thrombose.
  • Plus fréquentes et sans gravité aucune sont les ecchymoses aux points de ponction. Elles disparaîtront en une à trois semaines, et ne nécessitent que des applications de crème « anti-ecchymoses ».
  • Les pigmentations qui peuvent apparaître sur le trajet des scléroses vont régresser dans 90% des cas en 3 à 6 mois, parfois plus, et nécessitent que la zone pigmentée ne soit pas exposée directement au soleil.
  • Dans tous les cas si des douleurs intenses ou des réactions alarmantes et/ou atypiques se produisent, il convient de joindre le praticien qui a réalisé le geste, ou un de ses collègues spécialisés.

Au total

Les suites de la sclérothérapie peuvent être déroutantes pour ceux qui ne la pratiquent pas, il est recommandé de prendre contact dans la mesure du possible avec le praticien qui a réalisé l’acte, ou à défaut avec un autre spécialiste compétent en la matière. Le plus souvent il n’y aura rien de plus que des explications rassurantes pour le patient, mais si par cas une complication authentique survenait, elle pourrait être prise en charge de manière adaptée et sans délai.

Iconographie

cordon indure apres sclerotherapie
Cordon induré après sclérothérapie
reaction inflammatoire post sclerose
Réaction inflammatoire post sclérothérapie
 
pigmentation post sclerotherapie
 
thrombectomie a l'aiguille
 Pigmentation post sclérothérapie Thrombectomie à l’aiguille