Congrès SFP décembre 2014

Traitement des Veines Saphènes Techniques Combinées (MOCA, LAFOS) : une voie d’avenir ?

J.L. GILLET

51bis avenue Pr Tixier
38300 Bourgoin-Jallieu

Les techniques endoveineuses représentent une avancée thérapeutique majeure de ces dernières
années dans le traitement des veines saphènes incontinentes. Les traitements thermiques par laser
endo-veineux comme par radiofréquence nécessitent une anesthésie tumescente. Les traitements
chimiques (écho-sclérothérapie à la mousse) trouvent leur limite pour les veines de gros calibre (7 à
8 mm de diamètre tronculaire). Depuis quelques années apparaissent de nouvelles techniques endoveineuses
qui ne nécessitent pas d’anesthésie tumescente.
Les intérêts de s’affranchir de l’anesthésie tumescente

sont principalement:
– un gain de temps dans la procédure ;
– la suppression d’une anesthésie ressentie souvent comme « désagréable » par les patients ;
– la possibilité de réaliser le geste au cabinet du praticien, une anesthésie tumescente nécessitant, dans
l’état actuel des recommandations, d’être réalisée dans un contexte chirurgical ou dédié.
Dans cette communication, nous allons présenter deux techniques « combinées » ne nécessitant pas
d’anesthésie tumescente: la technique MOCA et la technique LAFOS.

1 – La technique LAFOS (Laser Assisted FOam Sclerothrapy) a pour objectif de traiter les troncs
saphènes de gros calibre (> 8mm) au cabinet. Elle combine deux temps :
– un traitement par laser endoveineux Holmium Ho-Yag (2100 nm) qui délivre une température
seulement de 67°. Par une action sur les fibres collagènes de la média et sans altération de
l’endothélium, il conduit à une rétraction de la veine avec une réduction importante du calibre,
permettant la 2ème phase du traitement :
– l’injection de mousse fibrosante par l’intermédiaire du cathéter d’introduction. Du fait de la réduction
du calibre de la veine, des volumes modérés de mousse sclérosante sont suffisants (GVS : 5 à 6 ml
de polidocanol 3% ; PVS : 2 à 3 ml de polidocanol 2%), ce qui est important en termes de sécurité.
Cette technique est en cours de développement. Les résultats d’une étude pilote ont été publiés
par Frullini et al (Phlébologie 2013) dans laquelle 50 saphènes de gros calibres (38 GVS, diamètre
moyen : 9,2 mm, et 12 PVS, diamètre moyen : 8 mm) ont été traitées avec 100% d’occlusion à 1
mois. Dans notre expérience personnelle, des petites recanalisations (2 à 3 mm) ont été observées
chez quelques patients à moyen terme (6 à 12 mois) mais facilement traitées par une ponctioninjection
directe de mousse sclérosante.

2 – MOCA (Clariven®). Il s’agit d’une technique endo-vasculaire méchanico-chimique. Un moteur active
la rotation d’un guide métallique angulé à son extrémité, qui va induire des lésions de l’intima de la
veine tout en délivrant l’agent sclérosant sous forme liquide.
Plusieurs études ont été publiées depuis 3 ou 4 ans, avec un taux d’occlusion à court terme de
l’ordre de 90 % pour la Grande Veine Saphène (GVS). Dans une étude évaluant la technique dans
le traitement des Petites Veines Saphènes (PVS), le taux d’occlusion à 6 mois était de 94%. Il faut
noter que les veines traitées étaient d’un calibre modéré (diamètres moyens de l’ordre de 5 mm pour
les GVS et 4,8 mm pour les PVS).

Conclusion
Il est toujours intéressant d’évoluer vers des techniques endoveineuses plus simples. La suppression
de l’anesthésie tumescente fait partie de cette simplification. La technique LAFOS permettrait de traiter
par sclérothérapie à la mousse des veines saphènes de gros calibres au cabinet, sans injection de gros
volumes de mousse fibrocante. La technique MOCA repose sur l’injection de sclérosant liquide ce qui
peut représenter un intérêt pour les patients ayant une contre-indication à la sclérothérapie à la mousse
ou dans les pays où cette technique n’a pas encore reçu un agrément. Les études de validation de ces
nouvelles techniques doivent se poursuivre.

Gillet-Techniques-combinées